Le festival de danse contemporaine Tours d’Horizons se tiendra à Tours du 3 au 18 juin 2022. C’est l’occasion de rencontrer Thomas Lebrun, danseur, chorégraphe et directeur du CCNT jusqu’en 2026. 

Au moment d’introduire la présentation du festival Tours d’Horizons, cru 2022, Thomas Lebrun alarme, tout en souriant, sur le manque de spectateurs dans la salle. Depuis quelques mois, au CCNT comme ailleurs dans les salles de spectacles tourangelles et nationales, le public semble manquer à l’appel. « On comprend qu’avec l’arrivée des beaux jours, les gens aient envie de sortir, de prendre l’air, de retrouver la vie d’avant. Mais on espère tout de même que le festival fera le plein ! ».

A la tête du Centre Chorégraphique National depuis 2012, Thomas Lebrun a programmé un Tours d’Horizons 2022 qui s’inscrit dans la droite ligne du travail d’ouverture et de variété des esthétiques, mené à Tours depuis son arrivée : « dans la saison, i y a des temps forts thématiques plus « serrés ». Avec les rendez-vous SPOT par exemple, autour des chorégraphes de la région, du jeune public, ou avec des compagnies ultramarines, ainsi que nos créations. Pour le festival, la programmation est plus ouverte, sans thématique précise, mais avec la même volonté de refléter la diversité de la danse contemporaine ».

 

Dansez maintenant ! 

Au programme du festival, en plus de l’artiste associé Emmanuel Eggermont, des jeunes danseurs formés à Coline, d’un solo inédit d’Abderzak Houmi, et bien d’autres rendez-vous, deux projets ont attiré notre attention. 

Les Bêtes de Scène de Jean-Christophe Bleton : le chorégraphe a réuni dans deux créations (l’une au masculin, l’autre au féminin), des grands noms de la danse… des années 1980-1990 ! Peut-on danser à tout âge ? Bleton répond oui, assurément ! 

Notre curiosité est également attisée par Let’s Dance, de Bérénice Legrand : un spectacle, ou plutôt un bal, interactif ! Les spectateurs pourront eux aussi danser pour le final du festival. En imaginant les Tourangeaux se trémousser, on repense au projet mené pendant le covid par le CCNT : une caméra, et des volontaires qui pouvaient venir danser, être filmés, et devenir partie prenante d’une création vidéo chorégraphique.

Voir aussi

Le spectacle Solo what you want créé par Thomas Lebrun se construit lui aussi avec le public, qui choisit les musiques sur lesquelles évolue(nt) le(s) danseur(s), avant d’entrer en piste pour finir la soirée… Si l’on y ajoute les ateliers hebdomadaires du CCN, destinés aux danseurs amateurs de tous niveaux, une conclusion s’impose : la danse serait donc accessible à tous (?). 

« Tout le monde peut danser. Et penser que pour voir de la danse contemporaine, il faut maîtriser des « codes », c’est un préjugé qui malheureusement reste vivant pour les gens qui ne sont jamais venus voir un spectacle de danse. Mais c’est tout l’enjeu de notre travail ! Intéresser les gens, les rendre curieux de ce qui peut se passer ici, les inviter à pousser la porte de notre lieu, pour découvrir les activités du CCN ». 

Toute l’équipe du Centre Chorégraphique National de Tours brûle ainsi d’impatience à l’idée d’investir ses nouveaux bâtiments, qui devraient voir le jour à l’horizon 2024 dans le nouveau quartier Beaumont. Plusieurs salles de travail et de spectacle permettront alors d’accueillir en simultané des compagnies en résidence, des spectacles, des ateliers… De quoi poursuivre le développement du CCN de Tours avec le soutien aux artistes régionaux et nationaux, le tissage d’un lien avec l’Outre-Mer, et l’ouverture accrue du programme vers le public familial.

D’ici là, rendez-vous du 3 au 18 juin à Tours pour assister aux dizaines de rendez-vous dansés du festival Tours d’Horizons.

Programme et réservations sur www.ccntours.com

 

Portrait Thomas Lebrun – crédit photo © Frédéric Iovino

spectacle BETES DE SCÈNE crédit photo ©Laurent_Paillier (programmation Tours d’Horizons – à insérer si besoin dans le paragraphe « Dansez maintenant » si les vidéos ne marchent pas).

Retrouvez l'article sur le site du département

Voir aussi