prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg prog.dec2022.itw_.liane_foly-1.jpeg

LIANE FOLY

Publiée dans le PROG n°197 de Décembre 2022

« Mon instrument est la voix »

Bientôt en concert à Ballan-Miré, Liane Foly a plus d’une corde à son arc ! 

 

Ce I Love Jazz Tour ressemble à un retour à vos débuts et premières amours. C’est un retour aux sources ? 

Évidemment le jazz reste ma préférence à interpréter, bien que j’aime toutes les musiques. La diversité de mes activités et de mes passions est essentielle à mon épanouissement artistique, elle me permet de bousculer les codes, de m’imposer des défis, afin de m’améliorer et aussi de satisfaire un public qui est heureux de me retrouver dans cette discipline puisqu’elle est liée à mes premières amours.

Comment avez-vous sélectionné les chansons que vous interpréterez sur scène à Ballan-Miré ?

C’est l’occasion de transmettre au public les joyaux des compositeurs français Plébiscités dans le monde entier en anglais et en français. Ce sont des coups de cœur, des hommages à Trenet, Legrand Becaud, Distel. Un clin d’œil aussi à Michel Petrucciani qui fut mon ami avec lequel j’avais enregistré Misty sur mon album live Lumières, et qui fut le professeur mentor du pianiste Yacine Malek qui m’accompagne.

 

Imitation, voix off pour la publicité, bals populaires : on a l’impression que ce qui fait votre singularité c’est votre voix, un outil « à tout-faire ». C’est comme ça que vous la percevez ? 

Oui tout à fait, mon instrument est la voix, et justement je l’utilise en chant mais aussi en comédie, dans l’humour avec l’imitation, je suis aussi sur une autre tournée de one woman show « La folle repart en thèse », ce qui vient compléter ma palette de propositions, et curieusement ça m’équilibre, ça fait partie d’un tout. J’ai été formée, éduquée dans l’esprit anglo-saxon du music-hall, je fête mes 35 ans de carrière en 2023 et je tente de me rapprocher au plus près de la réalisation de mon expérience qui m’a permis ces grands écarts !

Cela suppose-t-il de prendre soin de votre voix au quotidien ?

Barbara disait d’elle « je suis une femme qui chante », alors oui ma voix je la respecte, je l’aime, je l’entretiens, elle est comme une sœur siamoise, mais je n’en fais pas une obsession et je n’oublie pas de vivre pleinement. Mon métier demande une hygiène de vie, de forme physique, surtout quand le temps passe, et il passe vite … Assurer les représentations scéniques demande des efforts, un mental aussi structuré, un don de soi, et le savoir-faire et bien faire que je m’impose, sans oublier le plus important : le public, il faut répondre à ses attentes et le satisfaire.

 

Mask Singer, Danse avec les Stars, les Grosses Têtes ou dans un autre registre l’écriture de Nos Femmes de cœur : qu’est-ce qui vous motive à vous lancer dans toutes ces aventures ? 

J’ai toujours été hyperactive depuis mon enfance, me lancer dans des aventures différentes c’est mon métier, et j’aime vraiment cela. Il est toujours très agréable d’être sollicitée mais c’est en relation directe avec ce que je peux faire et proposer, une cause à effet. C’est un grand bonheur d’avoir intégré les grosses têtes sur RTL grâce à Laurent Ruquier, dont je suis très admirative, pour son parcours ; c’est un grand bosseur, bienveillant, altruiste, découvreur de talents et toujours enthousiaste ! Il est resté un enfant, c’est ce que j’aime au fond chez lui. Et avoir dansé pour Danse Avec les Stars, ou déguisée en pieuvre dans Masksinger ça peut paraître amusant vu de l’extérieur et ça l’est bien sûr, mais c’est un travail ardu, l’arbre qui cache la forêt !

Puisque nous sommes quasiment en décembre, qu’avez-vous mis dans votre lettre au Père Noël ? 

Ah le père noël !!! Ce serait plutôt une liste positive avec des demandes simples. Alors perso : réussir les challenges auxquels je suis entièrement dévouée, et surtout que le monde aille mieux vers plus d’amour, plus de lumière, je garde l’espoir d’un monde meilleur toujours. Ça peut vous paraître naïf mais c’est sincère. 

Et s’il fallait choisir deux cadeaux de noël je vous conseille le dernier album de Christophe Willem Panorama, car j’adore sa voix unique, c’est un bel artiste, lumineux, qui mérite un grand succès. Puis ce serait un coup de cœur pour Paul El Kharrat, être exceptionnel que j’ai le bonheur de connaître. Autiste asperger, il nous raconte sa vie, nous transmet sa différence à travers son livre Bienvenue dans mon monde, chez Harper Collins. C’est un moyen de prendre du recul, d’être dans l’acceptation de soi, et de pouvoir s’enrichir à travers les autres. 

De la joie, de l’envie, du bonheur, de la santé, voilà père Noël ! Et très bientôt ce concert jazz chez vous le 17 décembre, j’ai hâte, j’aurai 60 ans et un jour alors on fêtera cela ensemble…

Liane Foly en concert à La Parenthèse le 17 décembre. Résa. laparenthese.festik.net.

Suivez l’artiste sur www.nedel.live

 

Voir aussi